Traduction - traducción automática - automatic translation

samedi 14 juillet 2007

Sortie de la Méditerranée

Octobre 2005 à juillet 2006

La maison est vendue depuis septembre. L'hiver 2005 - 2006 se passe tranquillement, avec des allers et retours sur Lyon pour régler les problèmes administratifs qui se posent au candidat tour-du-mondiste lambda (je ne serai plus seulement candidat le jour où, disons ... je serai dans l'Océan Pacifique). Le plus gros de la chose sera terminé en mai 2006 - même si en ce mois de juillet 2007, à l'heure où je rédige ces lignes, tout n'est pas bouclé. Faire une escapade avec un bateau, c'est aussi couper (momentanément) des centaines de liens, c'est être dans la position de Gulliver capturé par les lilliputiens, maintenus par tout ces petits câbles qu'il faut s'efforcer de trancher un à un. Il faut être confronté à ça pour réaliser combien l'homme citadin, socialisé, sédentaire, est "tenu" par le quotidien.

Coté bateau je complète l'équipement : baromètre numérique, matériel de pêche chez AQUAMER au Grau (salut Jean !), appareil photo étanche - Pentax Optio WPI, siouplait - bouteille, détenteur et stab pour la plongée, AIS pour voir les cargos - voir sur ce site, en anglais malheureusement : ça fonctionne au poil et ça m'économise des heures de sommeil, surtout que je l'ai finalement complété plus tard avec un Activ-Echo (fiche-ACTIV-ECHO) - et enfin, pour le confort, des pare-soleil qui donnent à Menkar des airs de bateau furtif ;-) (voir plus bas).

La nouvelle table à carte :


L'A.I.S., pour Automatic Information System (voir le lien plus haut), dans sa version récepteur pour PC (voir ici), utilisé avec un bon logiciel de navigation (j'utilise un TRES bon logiciel, ScanNav, - voir là - qui vaut les meilleurs, pour un coût très inférieur ...... aux plus connus) permet de visualiser ce genre de chose :
C'est une recopie d'écran, lors de l'arrivée à Gibraltar, on voit mon bateau à une dizaine de milles de la pointe de l'Europe, je suis en haut à droite en rouge dans un petit cercle. Le bateau va à 5,8 noeuds (= mille nautique par heure) pour moi c'est assez rapide, je suis aidé par un courant de marée, je suis droit sur la route que je me suis tracée (je le sais car la grosse flèche bleue en haut à gauche me l'indique) et j'observe les trajectoires de dizaines de cargos représentées par les droites parallèles :


Mouillage dans le Vidourle, la rivière qui alimente le Grau du Roi, avec les pare-soleil :


Par un beau matin je pars au Cap d'Agde, chez Marc et Catherine, où je suis très bien accueilli. Il ont un beau bateau, parfait pour la Méditerranée. J'aide Marc à installer ScanNav sur Phatou et repars direction Port-Vendres, franchis (au près par vent frais !!) le Cap Bear et par petites étapes descends la côte espagnole.

Etape à Cadaquès :


Je fais un tout droit sur Majorque, reste un peu à Puerto Andretx - parce que j'y suis bien - et file vers Ibiza. Puerto Andretx, un petit golfe bien abrité sauf par fort vent de sud, à Majorque :

Je reste deux semaines à Ibiza (j'y passerais pas mes vacances, mais les espagnols sont gentils, la vieille ville est superbe, .... et le reste il faut le voir quand même une fois !!). Véronique et Norbert sont des skippers expérimentés et me donnent de bons tuyaux sur la navigation en Atlantique (vous avez vendu BAZAR et acheté un cata, où êtes-vous tous les trois ?). Il y a aussi de très beau mouillages, pas très bien abrités malheureusement. Retour vers l'ouest. Là c'est la côte espagnole classique, avec des barres d'immeubles interminables :


Par petites étapes, vents contraires, changeants, pétole (= pas de vent = calmasse si vous préférez), je descends, descends, interminablement. Enfin c'est Gib !! Gibraltar, c'est un gros rocher de 6 ou 7 kilomètres de long environ. A droite c'est la partie nord, reliée à l'Espagne par une fine bande de terre, à gauche c'est le sud, Europa Point, face au Maroc (voir sur ce lien) . La photo est prise à peu près de l'endroit indiqué sur ma recopie d'écran A.I.S. (voir plus haut) :

Je rentre directement au port de la Linéa car on ne peut plus aller au mouillage de l'aéroport, coté anglais. Bon mouillage, bien abrité, mais un peu loin à pied du centre ville anglais. Dommage car j'adore passer sans transition de la vie "à l'espagnole" de la Linéa (il y a des "fiestas" incroyables, je ne savais pas les espagnols aussi fêtards) aux petits restos "Fish and Chips" très british de Gib.

Au mouillage il y a aussi Paul, un australien sympa, qui retourne en Australie sur D'ARTAGNAN, Anna et Laurent sur BRIN de LAINE (salut à vous si vous me lisez !), Max et Phil que je retrouverai aux Canaries.

Bon enfin, c'est pas le tout, le grand voyage commence, je vais bientôt sortir de la Méditerranée, rencontrer mes premiers alyzés (voir ici ou ) !! Sylvain va m'attendre à Gran Canaria ..... j'ai un peu le trac, car c'est ma première nav en solitaire, il y en a pour huit jours, en s'écartant bien du Maroc pour éviter les bateaux de pêche, nombreux m'a-t-on dit près des côtes.

Aucun commentaire: